Pourquoi se faire opérer à l’étranger?

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Medical tourism Spain Novacorpus

Voyager pour un traitement médical

Voyager pour aller se faire soigner ailleurs est un phénomène très ancien mais redécouvert depuis peu. Déjà dans l’Antiquité, les anciens Grecs traversaient les mers pour aller à Epidaure, sanctuaire du dieu guérisseur Asklépios. Les Romains, eux, allaient à Bath en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, Il s’agit d’une vaste tendance mondiale et de plus en plus de patients partent se faire soigner dans un autre pays pour des raisons diverses :

  • Une meilleure qualité
  • Un prix plus intéressant
  • Une attente trop longue pour se faire opérer dans son pays
  • L’envie de coupler une opération avec un séjour touristique

Cette tendance est de plus en plus importante. Elle a commencé au début des années 2000 aux Etats-Unis et en Angleterre, d’où des milliers de patients partent chaque année pour se faire opérer ailleurs. Parfois effrayés à l’idée de quitter leur pays et s’attendant à compenser l’économie réalisée par un confort et une qualité moindre, ils en reviennent, en général, enchantés et très surpris par la qualité des soins reçus. Le plus célèbre d’entre eux, Michel Rocard, l’ancien premier ministre français, opéré en urgence dans un hôpital de pointe en Inde a même déclaré: « J’ai été superbement bien opéré. Le personnel est hautement compétent et j’ai été très bien pris en charge ».

Voir les 5 points clés d’une chirurgie à l’étranger >

Cette tendance aux voyages médicaux se renforce actuellement en Suisse

  • La recherche d’une bonne qualité de vie et d’une santé solide est une préoccupation toujours plus grande alors que la population vieillit.
  • Le système de santé de beaucoup de pays occidentaux (dont la Suisse) n’arrive plus toujours à se financer efficacement (notamment en raison du vieillissement de la population), les prix augmentent et la part du budget santé pour les ménages avec eux, limitant d’autant plus le pouvoir d’achat.
  • Le nombre de médecins formés diminue alors que la demande augmente.
  • Le développement de l’Union Européenne rendent les échanges entre pays plus faciles qu’avant.
  • Les voyages sont devenus plus aisés par le développement des compagnies aériennes low-cost et des trains à grande vitesse.
  • Il y a de bons médecins dans tous les pays et, si l’on se fait bien conseiller, partir à l’étranger permet d’aller consulter les meilleurs spécialistes à des prix beaucoup plus bas qu’en Suisse.
  • Pour la première fois, un médecin fait bénéficier les patients de Suisse de son réseau de cliniques qu’à l’étranger (cliniques francophones exclusivement) et organise leurs soins médicaux en les faisant bénéficier d’une palette de services avantageux.
  • De nombreux pays émergents ont une croissance économique impressionnante, une population jeune et investissent leurs nouvelles ressources dans leur système de santé. Des hôpitaux très bien équipés et ultramodernes employant des médecins formés en Occident apparaissent ainsi en Europe de l’Est, à Istanbul, en Tunisie, mais aussi en Asie du Sud-est et en Amérique latine.
  • Les médecins de pays émergents qui venaient travailler en Suisse repartent de plus en plus dans leur pays avec une formation de pointe pour y travailler et parfois fonder une clinique.

Aujourd’hui, c’est peut-être vous qui franchirez le pas. Vous aurez peut-être l’impression d’être en avance sur les autres Suisses mais vous bénéficierez de l’expérience acquise auprès de milliers d’autres patients dans votre hôpital de destination.