Correction de la presbytie

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Correction de la presbytie dès 785 CHF/oeil avec une qualité de pointe

La presbytie est le seul défaut visuel qui touche 100% de la population à partir d’un certain âge (en général dès 45 ans). L’opération de la presbytie au laser (Lasik femtoseconde) ou par implants intraoculaires permet une correction des symptômes. La presbytie peut être associée à d’autres défauts visuels (myopieastigmatisme ou hypermétropie).

presbytie opération

 

presbytie opérationQuelles sont les étapes de l’intervention: cliquez ici (technique du Lasik uniquement. Pour des implants intraoculaires, nous contacter)


La presbytie est due à la perte d’élasticité du cristallin (la lentille à l’intérieur de l’œil qui se bombe pour faire loupe pour nous permettre de voir de près et réduit son bombement lorsque nous regardons au loin. Le cristallin nous permet ainsi de voir net, de près comme de loin). En perdant de l’élasticité, le cristallin ne peut plus se contracter et perd donc son effet de loupe pour voir de près. Par conséquent, le patient est obligé d’éloigner les objets de ses yeux pour pouvoir les voir nets.

Les symptômes du presbyte ressemblent à ceux de l’hypermétrope (comme lui, il voit mal de près et mieux de loin). Les symptômes des deux défauts s’additionnent ce qui explique que les hypermétropes deviennent presbytes avant les autres.

La presbytie est le défaut visuel le plus délicat à traiter. En effet, il n’existe, à l’heure actuelle, aucun moyen de rendre le cristallin à nouveau élastique ou de remplacer son action de loupe dynamique (courbure variant selon la distance à laquelle le patient regarde). Il existe néanmoins 3 type d’opérations qui permettent une amélioration de la presbytie:

  • Opération au laser de la cornée de type : monovision à bascule :
    • Elle consiste en un réglage différent entre les deux yeux, l’un des deux yeux voyant mieux de loin et l’autre mieux de près. Il faut savoir que c’est déjà le cas chez la plupart des personnes (les deux yeux ne voient jamais exactement de la même manière). Le patient “bascule” donc d’une monovision de près avec un oeil à une monivision de loin avec l’autre oeil et cela lui permet de voir net de loin de près et de loin. Le cerveau compense et le patient ne se rend pas compte de la différence.
    • C’est une méthode souvent choisie pour les presbytes qui sont aussi myopes.
    • Il est nécessaire de contrôler que la personne supporte bien la différence entre les deux yeux (ce qui est en général le cas).
    • Pour les travaux de lecture de grande intensité, une certaine fatigue peut apparaître et nécessiter parfois le port de loupes de lecture.
  • Opération ophtalmologique de type pose d’un implant intraoculaire multifocal:
    • Elle consiste en la pose d’un petit implant à l’intérieur de l’oeil qui permettra une vision de près et de loin grâce à ses caractéristiques multifocales.
    • C’est une méthode souvent choisie pour les presbytes qui sont aussi hypermétropes mais également utilisées couramment pour tout autre défaut visuel.
    • C’est une opération un peu plus plus invasive que le lasik femtoseconde bien que courante (c’est la même intervention que lors d’une cataracte).
    • C’est la méthode de choix au-delà de 50 ans et celle qui donne les meilleurs résultats
    • Son prix est un peu plus élevé car l’intervention est plus longue et le matériel (l’implant) est plus cher. Comme pour le laser, les prix sont beaucoup plus bas à l’étranger.
  • Opération au laser de la cornée de type presbylasik :
    • Cette méthode consiste à sculpter la cornée en la transformant en”verre progressif”, c’est une opération délicate et très personnalisée.
    • Elle nécessite une période d’adaptation assez longue (parfois plusieurs semaines) et les retouches sont plus fréquentes que lors des autres corrections au laser de la vision.
    • Elle engendre une légère baisse de l’acuité visuelle de loin.
    • Pour ces deux dernières raisons, nous ne la recommandons que très rarement et pour des cas bien précis.
  • Nous ne recommandons pas les autres méthodes: Supracor, Intracor, implants Kamra et implants progressifs
    •  En effet, elles pêchent soit par un fort taux d’échec (Intracor et Supracor peuvent laisser des séquelles irréversibles et ne sont pas approuvées par la FDA, l’autorité américaine d’approbation des nouvelles technologies chirurgicales qui fait foi dans le monde médical) soit par un manque de recul sur la méthode et ses conséquences (implants Kamra) soit ne sont pas assez efficaces (implants progressifs). Un marketing parfois agressif des cliniques et des fabricants peut faire parfois penser le contraire. Nous n’y cédons en aucune manière en raison des risques encourus par les patients.